Contact : Christelle 06 77 85 25 90 - Adresse : Voie des Sports, 95150 Taverny
Home > Actus > Rien n’arrête les Seniors Garçons 1…

Rien n’arrête les Seniors Garçons 1…

… et pourtant, que de gâchis !!!

C’est avec plaisir que nous accueillons le team et les joueurs de l’ASSOA. Faut dire que de nombreuses têtes nous sont familières : Christophe, blessé mais spectateur, Anthony, Jonathan et Poups qui ont tous fait leurs premières armes ici au cosom, sans oublier leur coach, Didier, alias Mr Houblon.

Mais la sympathie et la convivialité laissent place au combat et à la compétition que les joueurs vont livrer dans un gymnase réfrigéré, à la limite du supportable (l’arbitre terminera le match les mains gelées)… Mais heureusement, le public va réchauffer l’atmosphère et les gorges chaudes vont faire vibrer les cordes vocales.

Entame équilibrée, 2 – 2, (Babik et le Gros qui commence à faire parler la poudre et les kilos en défense). Nous menons 3 – 2 (Thomas) quand, en quelques minutes, tout va s’enrayer : Gros sorti 2 mn, 2 face-à-face gardien lamentablement ratés, 2 pénos ratés (début d’une longue série). Les verts de St Ouen n’en demandent pas tant et font un break (7 – 4). Leur jeu puissant, même s’il n’est pas vraiment rapide, nous prend en défaut. Paul pose son temps-mort.

Reprise, et nouvel échec  sur un 7 mètres. Contre des verts et 8 – 4.

Ce n’est pas possible, on va réagir, se sortir de cette poisse, même si, il faut bien l’admettre il ne faut pas invoquer que la malchance. On ne tire pas, on bourrine, on rate nos passes par manque de lucidité. Ce sont quand même ces facteurs qui sont à l’origine de nos carences.

Mais à 8 – 6 (buts de Brice et Arno) et un nouvel échec aux 7mètres, notre  » court en souffle et petit bras  » de la semaine dernière :o)) va nous réoxygéner en marquant 3 buts limpides. Avec le but de Karim nous revenons à  10 – 10 et c’est l’ASSOA qui prend alors son temps-mort.

Il ne permettra pas aux verts d’inverser la tendance. Nous regagnons les vestiaires avec une marge de 2 buts 13 – 11, Thomas, Brice et Alex (Mr ex-petit bras).

Ce match est tendu, ça chambre, sur le terrain, sur les bancs, à la table de marque (ah bon ?) mais on sait que les limites ne seront pas dépassées. Et pourtant je vous assure que lorsque les verts sont revenus sur le terrain, ils avaient la hargne et une grosse envie de nous exploser. Mais parfois, l’excessive envie fait déjouer et leur arrière qui avait déjà subi 2 exclusions s’en prend une 3ème à la 35ème minute de jeu. Dommage pour ses partenaires qui étaient revenus à 1 but 14 – 13 (Kiné).

Dans la foulée et en supériorité numérique, nous gâchons à nouveau les occasions (2 penalties). Mais indiciblement, nos reds, physiquement, commencent à étouffer leurs adversaires. Nous retrouvons un peu de notre efficacité (Gros, Babik 2, Arno sur PENALTY MIRACLE, Renan) : 20 – 17.

Temps-mort de St Ouen.

Mais pas de miracles, la machine est cassée, notre défense est dense et solide, Gros assure grave en défense centrale et nos esprits sont plus clairs en attaque. Sur 2 de nos combinaisons, j’ai même cru que la défense st-ouennaise s’était transformée en  » musée Grévin « , figée qu’elle était.

Finalement, nous l’emportons largement 26 – 18 (Brice, Gros, Babik, Renan et Karim).

Bravo, mission accomplie. Ce match, dont on savait qu’il ne serait pas facile, nous a obligé à lutter, à redresser la barre, à prendre nos responsabilités.

Mais quand même les gars, en ratant 7 pénos sur 9, vous entrez dans le livre des records.

Bon l’essentiel est assuré, encore un match à Argenteuil, le week-end prochain, et pour la rentrée 2014, Le Parisis, équipe comme vous invaincue depuis le début de la saison (j’ai été voir leur 1ère mi-temps contre le SMED cet après-midi et, au moins, aux 7 mètres, ils sont meilleurs que vous (5 / 5).

Enfin, je voudrais terminer en remerciant notre adversaire du jour, l’ASSOA (dite la Grim’team : on reconnait là, la patte de Didier H) d’avoir partagé le pot de l’amitié à l’issue du match.

Sur ce point, ils nous ont dominés, car leur représentation a été plus nombreuse que la nôtre…